Découvrir, comprendre et protéger la nature en toute convivialité

Marches et randonnées

Séjours hors région

Visites de découverte

Moments de convivialité

Le ZOOM du moment :

Allons prendre les eaux… (2)

Allons prendre les eaux… (2)

Par Evelyne, Michel et Marie-Annick

Le parc des sources jusqu’à la fin du second Empire

   Il n’y avait en France aucune station thermale capable de rivaliser avec Baden Baden, Marienbad…Napoléon III a décidé de créer à Vichy « la » station thermale française. Il assura la prospérité de la ville en y effectuant des cures à cinq reprises (1861, 1862, 1863, 1864 et 1866).
Dès 1861, à sa première venue, un décret annonce un plan d’urbanisme : le parc, la gare. Dès la deuxième année, la gare est construite. De là, il fait faire des rues qui desservent cette gare, et les réseaux des eaux.
   Au Second Empire, le petit bourg de Vichy est devenu ville thermale. La famille impériale venant à Vichy, les cures thermales connaissent un réel engouement. On développe la partie loisirs : il commande le casino théâtre à l’architecte Charles Badger (1863-64).
   On n’a alors que la partie centrale : (de l’horloge jusqu’au baromètre). Le bâtiment original réunissait une salle de bal, un théâtre, des salons de jeux et de plaisance. On y vient comme dans un club privé : il faut s’inscrire, il y a des droits d’entrée ; on vient jouer aux cartes ; il y a des salons pour les dames, les messieurs ; on peut y lire son journal, fumer sa pipe ; et il y a les bals et les concerts… jusqu’à 3 concerts par jour au second empire !

Développement du parc des Sources, jusqu’à la « Belle époque »

   En 1890, un nouveau plan d’urbanisme va prend en compte l’Exploitation de l’eau et des cures thermales : on agrandit le pôle de distraction, d’abord la partie droite du casino théâtre. La notoriété de Vichy est telle qu’en 1900, l’architecte Charles Lecœur est chargé d’agrandir le bâtiment vers l’ouest : le grand théâtre Art Nouveau en est l’aboutissement avec ses 1486 places ; également la construction du kiosque à musique : de forme octogonale; avec du fer forgé d’Émile Robert, ferronnier d’art de la région qui réalise les chardons et les portées musicales des balustrades (1902). Une galerie marchande «en fer à cheval» ceinture le kiosque et prolonge la galerie couverte autour de la source de l’Hôpital.
   Charles Lecoeur assure également la transformation du hall des sources et du centre thermal des dômes.
   La fréquentation s’accélère : de 5000 curistes/an avant la venue de l’empereur, on atteint 100 000 curistes/année à la fin de la Belle Époque !
   Le parc est ceinturé en 1900 d’une galerie en fer forgé, couverte pour faciliter la déambulation des curistes entre les eaux qui émergeaient naturellement dans ce périmètre. Autour du parc se regroupent les composantes de la vie thermale : les établissements thermaux, les lieux de divertissements (casinos, cabarets, kiosques à musique…) et les hôtels construits dès le début du XIXe siècle.

Le Grand établissement thermal

   Construit entre 1899 et 1903, cet ancien établissement thermal de 1ère classe, agrandi dans les années 1930, surprend par son style néo-mauresque. L’aile du bâtiment donnant sur le boulevard des États-Unis constitue aujourd’hui le Centre thermal des Dômes. À deux pas, les thermes Callou accueillent également la cure traditionnelle.
   On note les couleurs or et bleu (or pour la richesse de Vichy et bleu pour les eaux évidemment). L’ancien centre thermal était au 1er étage : on remarque les dimensions différentes des fenêtres : à gauche, petites pour la majorité des curistes, à droite plus grandes pour les gens riches.

Le hall des sources et la galerie couverte

   Il est construit en 1903. On choisit une structure métallique très tendance, art nouveau, motifs ronds un peu sinueux, des fleurs en ferronnerie, frise de chardons. A cette époque, il n’y avait pas de vitres. Le bâtiment est dédié à la boisson, sur le modèle allemand.
   Le hall des Sources abrite actuellement les buvettes des cinq sources utilisées pour la cure de boisson : Célestins, l’Hôpital, Chomel et Grande Grille qui jaillissent ici et  Lucas, tout près dans les caves d’un restaurant. Inspiré du « trinkalle » des stations thermales allemandes ou austro-hongroises, ce vaisseau de verre et de fonte est conçu pour être en harmonie avec le parc des Sources. De chaque côté du parc, une galerie couverte longue de 700m permet de rejoindre le Palais des congrès-Opéra.

   Imaginez ce que voulait dire « Boire de l’eau » : On arrivait avec son verre, placé dans un panier d’osier ; ce verre était gradué. On tendait sa prescription, l’employé vous donnait la quantité nécessaire. Ensuite, les gens restaient ici pour discuter. La cure durait trois semaines. De nos jours, on ne ressent plus le charme de cette époque : on entre avec un badge, il n’y a plus de kiosque… La partie centrale est une partie buvette où on peut se servir tout seul !

La source « Lucas » : source froide, elle émerge à Vichy à 27°.

   Le Baron Lucas, médecin au début du XIXème siècle acheta la source pour le compte de l’État. Elle est utilisée pour les soins de la peau : propriétés anti-inflammatoires (car elle est très chargée en calcium) ; elle également utilisée pour la cicatrisation et les brulures.
   La Marquise de Sévigné, célèbre curiste, fit deux séjours de cure à Vichy, en 1676 et 1677. Elle avait remarqué que se baigner dans la Lucas rendait la peau très douce.
   La Lucas est utilisée par le laboratoire Vichy pour la fabrication des crèmes. Les laboratoires Vichy viennent chercher l’eau une fois par semaine en camion citerne directement au hall des Sources.

La source « Grande Grille » est extrêmement salée.

   Le point d’émergence montre de nombreuses concrétions que la Compagnie d’État est obligée de casser régulièrement pour éviter la formation d’un bouchon. Cette eau est formellement déconseillée aux personnes ayant des problèmes cardiaques ou de l’hypertension ! Sa température est de 39°.

La source « Chemel »

Riche en fluor, elle porte le nom du médecin intendant des eaux au début du XVIIIe siècle. Sa température est de 43°. Elle est prescrite aux curistes en cure de boissons. De nos jours, elle est utilisée pour la fabrication des pastilles « Vichy État ».


Cette visite était une des visites proposées par l’Office de Tourisme de Vichy. Nous avions une guide qui connaissait parfaitement son sujet et tous les participants l‘ont particulièrement appréciée.
Nous vous recommandons vivement ces visites guidées.

1ère étape Mont de Marsan

À vos agendas :

***

Les randonnées de la semaine

Mercredi  17/04 avec Claude :

Jonquilles – 10km – 3h15

Jeudi  18/04  avec Georges :

Veyre Monton Puy de Marmant

***

Dimanche 21 avril : réunion sur le thème de la sécurité en randonnée.

à 15H salle N°2 à l’ECC de Ceyrat.

***

du 23 au 30 Avril, Séjour en Haute Savoie à ÉVIAN LES BAINS

***

À voir sur votre site :

***

Le zoom du moment

Allons prendre les eaux…(2) par Evelyne, Michel et Marie-Annick

***

Reportages :

Randonnées des 17 et 18 avril (Jonquilles et Puy de Marmant) par Monique et Marie-Annick
les photos des randonnées des 10, 11 et 14 avril  (Le Larroux, Malmouche, Cheire de Côme) : liens de téléchargement  dans l’espace adhérents/…/voir les messages

***

CBN-en-Marche N°29 d’Octobre 2018

***

Notre Président, Alain, tient à votre disposition des autocollants CBN (2€).

***

Randonnée à Culhat

Randonnée avec Mélodie